République du Congo

République du Congo

Ministère de l’Enseignement
Primaire,Secondaire et
de l’Alphabétisation

Accueil > Ministère > Mot du ministre

Mot du ministre

Mot du ministre
Mot du ministre

Agenda

octobre 2020
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
28 septembre 2020 29 septembre 2020 30 septembre 2020 1 octobre 2020 2 octobre 2020 3 octobre 2020 4 octobre 2020
5 octobre 2020 6 octobre 2020 7 octobre 2020 8 octobre 2020 9 octobre 2020 10 octobre 2020 11 octobre 2020
12 octobre 2020 13 octobre 2020 14 octobre 2020 15 octobre 2020 16 octobre 2020 17 octobre 2020 18 octobre 2020
19 octobre 2020 20 octobre 2020 21 octobre 2020 22 octobre 2020 23 octobre 2020 24 octobre 2020 25 octobre 2020
26 octobre 2020 27 octobre 2020 28 octobre 2020 29 octobre 2020 30 octobre 2020 31 octobre 2020 1 novembre 2020

L’ÉCOLE,CLÉ DE LA RENAISSANCE DU CONGO.

Enseigner, former, innover, encadrer des apprenants est l’une des nobles missions qui soit et qui permet d’élever chaque enfant, au meilleur de lui même. Loin d’une simple ambition, il s’agit d’un idéal qui fixe clairement notre volonté de porter l’école vers les fonds baptismaux d’une société nouvelle, avec des hommes de valeur. Cette école est celle de l’émergence et des humanités, au sens de Chervel,

C’est-à-dire, une école qui ‘’offre une éducation esthétique, rhétorique, mais également morale et civique’’.

L’école est donc le socle du savoir. Elle forge l’identité et renforce la capacité de l’homme à commander à la nature, bien qu’en lui obéissant.

Parce que nous croyons en l’éducation, nous voulons faire de l’école, le lieu de la réalisation de la personne humaine.

Grâce à l’école, la culture, le sens critique, l’esprit civique deviennent une véritable exigence d’équité.

Cette quête d’humanisme me paraît être essentielle pour chacun de nous, face à un monde de plus en plus bouillonnant.

Cultiver l’excellence en nos enfants est la chose attendue par ceux-ci, d’autant plus qu’ils veulent s’identifier à nous et comptent sur notre esprit de responsabilité. Cela s’appelle confiance, ouverture d’esprit et bienveillance. Des valeurs nobles qui élèvent l’homme vers le savoir et le progrès.

Oui, les découvertes scientifiques de ces derniers temps constituent pour notre Jeunesse une véritable menace qui les dénature, au point de nous demander si nos apprenants d’aujourd’hui réussiront ils à se dédouaner de l’emprise des technologies actuelles, comme l’internet, qui replient l’homme sur lui même, alors que la quête du savoir se voudrait davantage ouverture à autrui. Ne dit on pas que du choc des idées jaillit la lumière?Le repli peut rapidement plonger nos enfants dans l’intolérance, la violence et la discrimination ou d’autres courants d’idées négatifs.

Face à ces vicissitudes, l’éducation fournit une palette de solutions allant jusqu’à développer le sens du devoir. Une évolution qui nous permet d’explorer d’autres formes de libertés, sources d’égalité entre les humains.Telle est l’idéal qui nous permettra de bâtir une école forte autour d’un projet éducatif collectif. Ce défi consistant à développer l’esprit constructif est à mettre au service de nos élèves. Nous avons donc le devoir de cultiver la confiance et d’imprimer en nos apprenants, la capacité de prendre la bonne décision pour leur avenir. Il s’agit pour nous d’un ferme engagement, comme le demande, Son Excellence, Monsieur Denis Sassou N’Guesso, Président de la République. Pour mieux opérer, nous avons l’obligation d’intensifier les contrôles pédagogiques par des visites de classe, l’animation pédagogique, des réunions de groupes de recherches pédagogiques.

L’éducation est la clé de l’avenir.

J’inscris mon action dans cette quête de la confiance à renouer à tous les niveaux, entre les apprenants et le corp enseignant, entre le corp enseignant et le ministère.

Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons créer l’école du futur. Une école qui rassure et permet aux apprenants de se projeter dans le futur. Un véritable rêve congolais.

Grâce aux réformes en cours, je peux déjà me projeter dans le futur, avec l’espoir que, en réformant l’école congolaise, nous travaillons en réalité à changer l’image d’un Congo où le progrès, le développement deviendront les valeurs les mieux partagées.

L’amélioration des conditions d’apprentissage, le reformatage des programmes d’éducation ouvriront notre à système éducatif, le grand boulevard de la MODERNITÉ.

Bonne et heureuse année!

Videos

Prev
Next